Actualités 2017

Mme PARMENTIER, propriétaire du Château de Lavelanet vient de nous quitter à l’âge de 96 ans. Une page de notre village se tourne : sa famille lui a rendu hommage lors de ses obsèques.

Obsèques de Solange Parmentier Lavelanet de Comminges Vendredi 21 avril 2017

Témoignages

Gérard Parmentier : fils aîné

Hugues Parmentier : fils de Guy

David Parmentier : fils de Bruno

Domitille Gajewski : fille de Claire

Solène Chausse : fille de Bertrand

Gérard(1) Au nom de la famille je voulais tout d’abord vous remercier pour votre présence. Plus on meurt vieux, moins on a de monde à son enterrement, dit-on. Votre présence nombreuse prouve que ce n’est pas toujours le cas, nous vous remercions donc très chaleureusement de l’honneur que vous faites ainsi à la mémoire de notre Mère. Mes frères et sœurs m’ont demandé de faire un résumé de sa vie. L’art est difficile. Comment résumer le mystère d’une vie sans déformer, sans humilier à force de trop réduire ? Je voudrais vous faire échapper au dithyrambe car, en pareille circons- tance, il m’est arrivé trop souvent de trouver qu’on gommait ainsi des facettes moins brillantes de la per- sonnalité ainsi célébrée. Ma Mère avait une forte personnalité et c’était une qualité qui en impressionnait beaucoup. Mais elle avait aussi ses faiblesses, ses défauts et parfois ses méchancetés, même si elle était le plus souvent la première à les regretter. A l’autre extrémité, on assiste souvent aussi à des hommages qui sont un simple empilage d’anecdotes ap- pauvrissantes, réductrices et donc déshonorantes pour la personnalité qui nous quitte. Mon Père, toujours optimiste malgré ses infirmités, me choquait presque lorsque j’étais enfant et que je l’entendais hilare raconter que « les retours de fosse sont toujours heureux ! ». Avec l’âge je constate qu’il avait raison. Ne vous privez pas tout à l’heure d’échanger vos souvenirs concernant mes Parents. Je suis sûr qu’ils vous rendront heureux. Mais, pour l’heure, nous commençons la cérémonie d’obsèques de Maman. Une personne âgée qui décède c’est une bibliothèque qui brûle dit un beau dicton africain. C’était le cas. On pourrait dire tout autant que c’est un rapport au monde qui disparaît. Comment alors oser résumer le mystère d’une vie en si peu de mots ? Vous le savez, Maman était croyante, profondément. Sa foi la nourrissait autant qu’elle la nourrissait par sa prière, par ses engagements, et par son travail d’approfondissement et de connaissance. Elle croyait en la Résurrection. Je vous propose donc quelques pistes de méditations parmi d’autres sur ce qui, de mon point de vue, a valeur d’éternité dans sa vie. Je vous propose d’oser ainsi évoquer, modestement, quelques traits de sa personnalité qui donnent du sens à sa vie et donc à la nôtre.

Capacité à transgresser Très tôt sa personnalité s’affirme. Sa capacité à transgresser aussi. Je vous en donne quelques exemples. Jeune femme elle exigea de passer son bac, cela ne se faisait pas. Elle le fit. Elle voulut ensuite faire les Beaux-Arts. Cela lui fut refusé, mais elle obtint de faire les Arts Décoratifs. Elle exigea de pouvoir lire la Bible. A l’époque cela était interdit aux laïcs. Non sans difficulté elle y est arrivée en franchissant les murs de son milieu et en allant en trouver une chez des amis protestants. Jeune mariée elle fit partie du mouve- ment d’église consistant à promouvoir la famille, en particulier avec les équipes Notre Dame et leur revue l’Anneau d’Or. Elle fit partie de cette Eglise qui dans les années 50 et 60 promouvait l’éducation sexuelle et célébrait la beauté de la sexualité liée à l’amour. Ces questions étaient alors tabou dans la société, l’Eglise était alors pionnière. Femme, elle osa se présenter aux suffrages des habitants de Lavelanet et y fut la pre- mière femme élue, encore une fois à une époque où cela ne se faisait pas, elle a d’ailleurs dû se présenter toute seule, aucune liste ne voulant l’abriter. Il n’y a pas de vie et il n’y a pas de progrès sans transgression, sans courage de transgresser, sans prise de risque pour le bien du monde vers plus de liberté, d’éducation, d’égalité, de fraternité. Sa vie, modeste, nous le rappelle.

La nécessaire évaluation Enfant, elle récitait régulièrement avec sa chère sœur Monique une prière implorant son ange gardien de ne pas mourir durant son sommeil, sans avoir eu le temps de se repentir… Mère de famille elle se confes- sait régulièrement et nous amenait à confesse, nous les aînés, tous les 15 jours, à Cazères. Certes, les temps ont changé, pour nous plus que pour elle sans doute… mais il n’y a pas de vie digne et juste sans évaluation et évaluation par un tiers. Cela demeure. Elle, elle voulait se faire régulièrement évaluer par le « Tout Autre ».

Le mal Elle était de cette génération issue du drame absolu qu’a été la guerre de 14, matrice de tous les malheurs du XXe siècle. A force de travailler sur le mystère du mal, à sa modeste place, elle fit très vite partie de ces pionniers qui comprirent enfin que le mal ne vient pas de l’autre, de l’Allemand, de l’étranger, du sauvage ou du monstre, mais qu’il est en nous, qu’il faut l’y connaître à force de travail sur soi, d’ascèse, mais aussi de connaissance de ce qui fait notre condition. La souffrance n’est pas rédemptrice. Jamais. La mort est une horreur. Toujours. Sur ces sujets sa vie fut une longue conversion. La guerre d’Algérie et la découverte que des Français pra- tiquaient la torture furent, par exemple, un des traumatismes qui y contribua. Comme le dit la grande Simone Veil dans une citation retrouvée dans un des carnets de Maman : « Le faux Dieu change la souffrance en violence ; le vrai Dieu change la violence en souffrance. »(2) Elle fit aussi cette autre découverte qui exige confrontation aux autres et travail de discernement car, toujours Simone Veil dans les carnets de Maman : « dès qu’on fait le mal, le mal apparaît comme une sorte de devoir ». Pas plus que nos aïeux, nous ne pouvons échapper au travail sur le mystère du mal. Il n’y aura pas de pro- grès si nous ne nous affrontons pas, nous aussi, au mystère du mal. Il ne suffit pas de s’opposer au mal, il nous faut aussi en comprendre les mécanismes pour mieux éviter sa propagation.

La guerre La guerre l’avait marquée. Le retour de son frère Raymond des camps de concentration, la prise de con- science des massacres systématiques et froidement organisés des Juifs, des Tziganes, des homosexuels, des militants politiques, des malades mentaux et d’autres, plus encore. Cela en fit, entre autres, une ardente militante de la cause européenne. Elle voulait absolument, par exemple, nous faire apprendre l’allemand, mais, de mon temps, il n’y avait pas encore de professeurs d’allemand à Toulouse ! Aujourd’hui, n’en dou- tons pas, elle voudrait nous faire faire de l’arabe et du chinois… La paix n’est jamais donnée, elle est toujours une conquête difficile qui commence par la capacité à dialo- guer. Il faut en prendre les moyens là où nous sommes. Ne l’oublions jamais, nous qui sommes la première génération en France à avoir vécu toute notre vie sans guerre. L’ouverture au monde comme engagement Maman était ouverte au monde et tenait à ce que nous le soyons. Il n’était pas question de rester l’été à La- velanet, il fallait faire quelque chose, ailleurs. Elle était exigeante, sur les études bien sûr, mais surtout sur nos engagements. Elle nous poussait à prendre des initiatives et en assumait les conséquences. Avoir des responsabilités au Lycée ou comme étudiant était pour elle plus important que les notes que nous en rame- nions.

Confiance et progrès Un chrétien n’a jamais peur dit-on, car il sait que Christ le précède en Galilée, mais les chrétiens sont aussi des hommes et leur foi, la confiance qu’ils sont dans le Christ ressuscité ne les empêche pas, parfois, d’avoir de craintes pour l’avenir. Elle en avait. Mais elle était profondément une femme de progrès. Elle suivait assidûment l’actualité et s’efforçait de parfaire ses connaissances sur les sujets et les activités qui lui paraissaient d’importance. On la charriait souvent sur les gadgets qu’elle ramenait à la maison. La nou- veauté l’attirait. Elle aimait essayer. Avec Papa, ils ont créé le premier élevage de poulet du village de ceux qu’on appellerait aujourd’hui « industriel » bien qu’il fut très « écolo ». Ils y ont ramené le premier trac- teur. Tous les deux ils inventèrent sans le savoir le « circuit court » en allant vendre directement leurs œufs frais estampillés « Château de Lavelanet » tous les mercredis aux crémeries toulousaines. Elle s’est mise à l’ordinateur sur ses 80 ans. Elle regrettait souvent que mon Père n’ait pas connu toutes les innovations ap- parues depuis sa mort en 1984, Internet en particulier. Elle ne cessait d’admirer les GPS de nos voitures. La génération qui vient connaîtra elle aussi de grandes innovations. Celles, par exemple, en provenance des NBIC(3), de la préservation de l’environnement, de la volonté ou pas de l’Europe de continuer à contri- buer à l’histoire du monde… Les choix éthiques et politiques qui nous attendent sont immenses. Avoir confiance en l’avenir veut dire s’engager, prendre des options risquées, appliquer le triptyque de l’ancienne (2) Simone Weil – La pesanteur et le grâce – Chapitre « le mal » – Plon, collection 10/18 (3) Nanotechnologies, biotechnologies, sciences de l’information et sciences cognitives

Action Catholique « Voir – Juger – Agir » en se souvenant que « juger » pour un chrétien veut dire vérifier l’adéquation des faits au plan d’amour de Dieu pour notre voisin comme pour l’humanité. La question que nous pose la vie de Maman est donc de savoir ce qui, dans nos engagements, justifie la confiance qu’on peut avoir dans l’avenir que nous bâtissons, le nôtre et celui de nos enfants.

Confiance et avenir Elle avait la foi ce qui veut dire qu’au-delà de ses craintes et parfois de ses frayeurs, elle avait confiance. Combien de fois elle nous a raconté qu’elle se désespérait d’entendre, durant les années 50, les hommes ri- goler en se racontant leurs souvenirs de guerre. Elle en concluait que ça ne pourrait jamais finir. Pouvait- on faire des enfants dans ces conditions ? La guerre atomique était probable. Eh bien oui, malgré l’infirmi- té de Papa, malgré les incertitudes, malgré la dureté des temps, ils en eurent 6 sans compter une fausse couche tardive qui nous a ensuite valu d’avoir une dernière petite sœur.

La terre promise Bien sûr l’arrivée en 1951 à Lavelanet à cause de l’infirmité de Papa fut un drame. Un monde s’écroulait. La foi encore. Chrétienne, elle connaissait son histoire, celle d’Abraham quittant son pays et de tant d’au- tres figures d’immigrés et d’étrangers à travers la Bible. Malgré la détresse et les pleurs, sa terre promise à elle devait être Lavelanet. Habitants de Lavelanet vous avez su nous accueillir. Lavelanet est devenue sa terre au point qu’elle n’avait plus qu’un désir : ne la quitter sous aucun prétexte. Elle voulait mourir chez elle. Elle y est arrivée, de fait. Lavelanet n’a pourtant pas vocation à l’éternité. Ce qui demeure, c’est notre capacité d’enracinement là où la vie nous mène. Femme brillante, ailleurs et à notre époque, elle aurait certainement pu faire une carrière à la hauteur de ses possibilités, de son potentiel, accéder à de grandes responsabilités ou participer à de grandes réalisations. Sauf exception on ne choisit pas le lieu où l’on vit, on ne choisit jamais son époque, on dépend aussi des circonstances. L’histoire de Maman nous rappelle que la vie nous déracine, qu’il faut reprendre racine là où nous sommes, que la terre promise est là où nous sommes et que c’est à nous d’y faire couler le lait et miel. Amis de Lavelanet soyez remerciés pour votre accueil, pour l’avoir élue à la municipalité, pour en avoir fait une des vôtres. Permettez moi aussi d’évoquer quelques-unes des grandes amitiés qu’elle a connues ici, Madame Brumas, Madame Bertho, parties avant elle, Madame Bergougnan encore si proche, me viennent immédiatement à l’esprit. Pardon pour ceux et celles que je ne cite pas. Les grands hommes sont parmi nous Au-delà du Christ et de la figure de la Vierge, Maman avait ses grands hommes. Combien de fois ne nous a-t-elle pas dit qu’elle avait été heureuse d’avoir vécu à l’époque de Gaulle et de Jean-Paul II. Ces dernières décennies, parmi de nombreux auteurs, elle se nourrissait des récits évangéliques de Maria Valtorta dont elle avait même traduit les nombreux ouvrages. Nous avons tous connu des figures marquantes qui nous ont permis de nous structurer, de garder con- fiance, de nous engager pour le bien commun, de progresser dans la connaissance du mystère de notre condition. Cette quête de grands hommes, ici, maintenant, près de nous demeurera. Dans la discrétion et le secret de nos êtres, Maman nous interroge : qui sont nos grands hommes ? Sont-ils vraiment ceux qui ici, maintenant, nous permettent de participer au salut du monde ? Au-delà de la mode du dénigrement et du « tous pourris » savons-nous les reconnaître ? Les rejoindre, car ils – elles – sont parmi nous ?

La force du beau Maman aimait le beau, le beau sous toutes ses formes. Elle l’aimait parfois au-delà du raisonnable. Un plat dont la présentation n’était pas belle était raté. Nous nous préférions qu’il soit bon et nous rigolions du drame qui se nouait lorsque le gâteau avait attaché au moule ! L’image de soi comptait beaucoup, c’était pour elle une question de dignité et de respect des autres. Du coup la maladie prenait une dimension diffi- cile pour elle car elle touchait aussi à l’image. Mais revenons au beau. Avec son Père, Etienne de Lassus, elle nous a initiés à la musique, à Bach en particulier. Ce qui reste, c’est que la forme, souvent, dit le fond, que la beauté élève et que la reconnaître et la cultiver élève aussi. L’écriture d’icônes Elle disait toujours que durant sa vieillesse elle écrirait les mémoires illus- trées de ses enfants et de ses petits enfants. De fait à la mort de Papa, elle reprit le chemin des Beaux-Arts. Dessin, peinture, gouache, aquarelle, fu- sain, nus, nature morte, elle travailla tout. Mais elle trouva sa voie ailleurs. Non pas, finalement, dans la réalisation des mémoires de sa des- cendance mais dans l’écriture d’icônes, comme on dit. La foi toujours. Le but n’était plus de traduire la beauté ou la dureté d’un paysage, d’un événement, d’un sentiment, d’un visage. Après de longues prières, le but était de tenter d’exprimer un mystère. La foi, de nouveau, mais cette fois-ci dans les mystères qu’elle ré- vèle, l’articulation des mystères de la vie, de l’anthropologie et de la révélation sur notre condition hu- maine et sur le chemin qui mène à son salut. Nous aussi, quels que soient nos rapports à la foi chrétienne, nous aurons toujours à méditer, à approfondir ces mystères.

La fidélité et solidarité Pour finir je voudrais souligner la fidélité de Maman. Fidélité à ses idéaux, fidélité à ses amis, fidélité à son mari. Aujourd’hui la mode et, ou, la confusion des valeurs, conduirait à divorcer immédiatement d’un homme qui devient infirme à la trentaine et qui vous contraint à l’exil en terre inconnue. Elle a beaucoup souffert de cette maladie, mais le ménage a tenu. Il n’y a pas de vie possible, de paix possible sans un mi- nimum de fidélité et, pour finir, de solidarité. Papa et Maman ont vécu grâce à la création de la pension in- validité quelques mois avant que la maladie arrive. Quel progrès pour notre société ! Papa racontait qu’il avait introduit la clause dont il aura bénéficié quelques mois après dans la convention qu’il avait négociée à la CEGEDUR à la fin des années 40, sans savoir qu’il en serait un jour un des bénéficiaires. « J’ai eu beaucoup de chance » disait-il. Je ne sais pas s’il en avait parlé à Maman, mais l’initiative dénotait un sens aigu de l’attention aux autres et beaucoup de courage pour négocier l’accord car on imagine les critiques et objections dont il a dû faire l’objet il y a 70 ans ! Payer les infirmes à ne rien faire ! Maman, à son tour, la vieillesse venue, a bénéficié de la solidarité de la communauté nationale et de beau- coup de ses voisins. Comment ne pas citer ici Antoine Cratère, qu’elle appelait « son perpétuel secours », l’extraordinaire équipe d’infirmiers, Annick Vasquez, André Delavigne, Agathe Morin mais aussi Hélène Comté, Christine Chipot, qu’elle appelait « ma Christinette » et plus récemment Lourdes Chalduc… Non, il n’y a pas de vie sans fidélité et sans solidarité. Je m’associe ici à ma Mère, avec toute la famille, pour remercier très, très chaleureusement ceux qui par leur vie nous le rappellent et s’y sont consacré pour elle. Voilà me semble-t-il quelques pistes parmi celles qui nous introduisent à une méditation sur l’éternité de Maman… Il y aurait tant de choses à dire encore… Il aurait par exemple fallu évoquer l’ALCC(4), le catéchisme, L’eau Vive, plusieurs mouvements d’action catholique, l’ACGF(5) en particulier – ils ont tant compté pour elle ! -, Le scoutisme, sa vie de couple, l’in- fluence de ses Parents, de ses Grands-Parents, ses grandes amitiés – si nourrissantes pour elle, entre autres celle pour sa chère sœur Monique, mais aussi, parmi celles non encore citées, Odile Herman(6), Micheline Lawton et Françoise van Lynden(7), Marie Louise d’Ornellas(8), Madame de Rémusat(9)… – son attachement à la République, les conflits de valeur qui la structuraient, son aptitude à la compassion, son goût pour l’ac- compagnement… tant de choses encore ! Mais le temps de l’A Dieu est venu ! Avant de partager le plaisir d’être ensemble, qu’on partage sa foi ou qu’on ne la partage pas, il est temps de prier autour et pour notre défunte. Maman, j’espère ne pas avoir trop réduit le mystère de votre vie par cette courte introduction à vos obsè- ques et à votre éternité. Mes amis, vous savez que « bénir » quelqu’un cela signifie « en dire du bien ». Pour célébrer l’entrée de Ma- man dans l’éternité, soyez bénis pour votre présence ! Bénissons-nous les uns les autres d’être là, autour d’elle ! Maman, à cet instant, pour nous tous, vos amis, vous êtes « bénie entre toutes les femmes ». Père Dominique, elle bénissait le ciel de vous avoir rencontré. Merci à vous tous. (4) Association des laïcs pour une culture chrétienne : association qu’elle avait fondée sur le secteur de Cazères et qui fut très active durant plusieurs années. (5) Action Catholique Générale Féminine (6) Amie très tôt décédée, dont le portrait est à Lavelanet (7) Toutes deux nées Banzet (8) Connue à L’aigle (9) Plus âgée qu’elle, qui habitait Saint-Elix

Hugues

Il y a quelques années, Bonne-Maman et moi avions eu une longue discussion sur le titre de l’ouvrage qu’un homme politique venait de publier, « Sans mémoire, le présent se vide ». Alors qu’elle vient de nous quitter, je voudrais que nous, ses 21 petits- enfants, réfléchissions un moment à ce qu’elle nous a apporté. Il y a, bien sûr, ce goût immodéré et impulsif pour l’achat de gadgets, attrait de la nouveauté qui révélait sa confiance en l’avenir. Les tiroirs de Lavelanet regorgent de ces trouvailles à l’efficacité discutable et nos moitiés respectives peinent parfois à comprendre notre enthou- siasme pour telle ou telle innovation. Bonne-Maman, c’était aussi des jugements tranchés. C’était vrai en matière artistique, comme l’illustraient ses notes assez cruelles grif- fonnées sur les jaquettes de ses disques, ou le fameux « j’ai trouvé cela assommant » au sujet de nombreux films. C’était vrai également dans la vie, et beaucoup d’entre nous ont appris à leurs dépens à être moins… directs. Bonne-Maman était aussi indépendante d’esprit, n’hésitant pas à se présenter en solo aux élections muni- cipales de Lavelanet après s’être entendue dire que ce n’était pas la place d’une femme, ou à créer une équipe de catéchèse pour répondre à certains errements du temps qui, à ses yeux, remettaient en cause des valeurs fondamentales. Cette préférence pour la liberté et l’autonomie est aussi la raison pour laquelle elle nous a aimés tous inconditionnellement, alors que nous sommes si différents dans nos personnalités et nos choix de vie. Cependant, revenant à cette phrase, « sans mémoire, le présent se vide », je crois que le véritable apport de Bonne-Maman dans nos vies, c’est un triple ancrage. • Un ancrage géographique, d’abord. Bonne-Maman se confondait avec Lavelanet. Elle qui, toute son en- fance et sa jeunesse, avait passé ses vacances à La Nine, non loin d’ici, nous a toujours accueillis dans ce sud-ouest qu’elle aimait tant. En entrant dans nos vies d’adultes, chacun d’entre nous a ressenti le be- soin de venir à Lavelanet avec son ou sa fiancée, tant il est vrai qu’une partie significative de notre per- sonnalité s’est construite ici. • Un ancrage familial, ensuite. Bon-Papa est mort il y a trente-trois ans, et peu d’entre nous ont vraiment connu ce héros au sourire si doux, dont nous avons tous en tête le portrait en tenue d’officier de spahis. Bonne-Maman le rendait pourtant très présent en l’évoquant régulièrement. C’était aussi le cas de tous ses devanciers, dont les photos décoraient sa chambre : Étienne de Lassus, son père ; Grand-Mamie, sa mère ; Maurice Margot, son Bon-Papa, dont les épaisses moustaches blanches nous fascinaient ; ou en- fin Alice de Lassus, sa grand-mère, de qui elle tenait son goût de la musique. • Un ancrage spirituel, enfin et surtout. Bonne-Maman avait mis ses talents au service de sa foi, en écri- vant les icônes qui décorent aujourd’hui nos foyers. Si tous parmi nous ne sont pas croyants, chacun peut attester avoir connu en Bonne-Maman une chrétienne à la foi inébranlable, qui lui a servi de roc face aux épreuves de sa longue vie. Il est précieux de nous en souvenir face aux tourments de nos exis- tences. Aujourd’hui, chère Bonne-Maman, nous avons de la mémoire, et notre présent n’est pas vide. Ces trois an- crages, géographique, familial et spirituel se confondent. En attendant la Résurrection, vous reposerez à Lavelanet, où vous aurez vécu 65 ans, dans cette vallée de la Garonne où vos aïeux sont inhumés depuis, dit-on, dix siècles, à commencer par vos parents. Vous rejoignez Bon-Papa, Charles Parmentier, l’amour de votre vie, avec lequel vous avez fondé cette famille qui perpétuera votre souvenir. Vous entrez dans la Maison du Père : aujourd’hui, vous voyez ce que vous avez cru. À l’heure de se dire À Dieu, vos petits-enfants se tournent vers les Pyrénées et murmurent la prière fami- liale « Dieu de lassus, loenus lassus », ou plus précisément, « Dieu de là-haut, loge-la là-haut. »

David au nom des cousins: Merci Bonne-maman pour tous ces beaux moments de notre vie passée à vos côtés à Lavelanet ! Merci pour nous avoir tous réunis, les cousins, les cousines, lors de ces fa- meux étés. Nous en garderons toute notre vie de merveilleux souvenirs mêlés de grande liberté, de camaraderie, de bon repas, de sauts dans la piscine, de grands jeux dans le parc.

 Avec tous les cousins, je me souviens de votre grand sourire apportant le fameux goûter (les chocolatines !) à la piscine sous les hourras !

 Avec tous les cousins, je me souviens de votre top départ pour la grande course des « Jeux Olympiques » de Lavelanet et de vos mains qui nous passaient autour du cou toutes nos médailles durement acquises !

 Avec tous les cousins, enfin, je me souviens de votre joie exprimée à chacun de nos mariages, grands projets, diplômes, et de chacune des naissances de vos arrières petits enfants. Domitille Bonne Maman, je n’aurai jamais assez des trois minutes que l’on m’a accordées pour vous dire à quel point vous al- lez me manquer. Vous étiez si importante pour moi, pour beaucoup de raisons ! Un immense merci pour tous les innombrables souvenirs que vous nous avez offerts grâce à Lavelanet. Le goût des chocolatines autour de la piscine était unique. Seuls ceux qui y ont goûté ici et peut-être Proust avec sa madeleine peuvent comprendre de quoi je parle. Merci pour m’avoir aidée à me construire en m’accompa- gnant pas à pas. Vous avez été pour moi cette main qui ac- compagne l’enfant lors de ses premiers pas. Toujours pré- sente, jamais très loin. Celle qui encourage à faire le pas suivant et qui vous rattrape à chaque fois. Celle qui rassure, qui aide à passer les difficultés et qui, quoi qu’il arrive nous empêche de nous arrêter et d’abandonner. Par votre exemple, vous m’avez montré com- ment vivre avec courage et confiance. Enfin, je voulais vous remercier pour m’avoir aimée comme vous l’avez fait de façon si constante et dis- crète. Votre affection était faite de simplicité, de discrétion, de tendresse. Ces dernières années, nous avons passé quelques semaines toutes les deux. Ces moments où vous me laissiez entrer dans votre quoti- dien étaient des bulles d’oxygènes suspendues hors du temps. Vous me faisiez goûter au calme d’une vie ri- chement remplie. Il me semble que nous y avions trouvé une précieuse complicité. Je terminerai par cette phrase, qui, lorsque je l’ai lue, m’a fait penser à vous, à nous : « on re- connaît l’amour véritable à ce que le silence de l’autre n’est plus un vide à remplir, mais une complicité à respecter ». Je vous souhaite bon voyage Bonne-Maman. Merci d’avoir été ma, notre, Grand Mère, si spéciale pour chacun d’entre nous.

Solène Chère Bonne-Maman, Au moment de vous dire au revoir, nous tenions à saluer la Guide que vous fûtes. Nous aimions écouter vos souvenirs d’Akéla pendant la guerre et vous étiez heureuse d’entretenir une correspondance avec vos anciens louveteaux. « La promesse est une force. D’autres l’ont faite avant toi. D’autres la feront après toi » est-il écrit dans le livre du Lézard qu’on lit tradition- nellement la veille de sa promesse. Beaucoup de vos enfants et petits-enfants vous ont suivi dans votre en- gagement Scout, ce que vous avez toujours favorisé. Vous avez de nom- breuses fois accueilli à Lavelanet nos camps Jeannettes, Louvettes et Guides, vous joignant à nous avec votre authentique chapeau 4 bosses pour un rasso, une prière, une veillée ou encore un concu. C’est pourquoi je propose à tous ceux qui ont fait leur promesse de sa- luer notre Grand-Mère cheftaine en reprenant le refrain du chant de la promesse scoute : « Je veux t’aimer sans cesse, de plus en plus, protège ma promesse, Seigneur Jésus ».

Nos artistes locaux

baro-d-evel


LA COMPAGNIE DE CIRQUE BARO D EVEL

La Compagnie :
Les projets de Baro d’evel naissent toujours d’un élan vers l’improbable aux frontières entre l’intime et l’exploit.
Les langages de Baro d’evel sont le mouvement, l’acrobatie, les portés ; par l’engagement du corps et l’entraînement quotidien naissent les pistes de recherche. C’est aussi la matière, l’objet, abordé par la manipulation, le détournement, portant toujours le regard vers la simplicité plutôt que vers l’ostentatoire. Le point de départ des spectacles est souvent un parti pris scénographique fort, une interrogation sur la place du spectateur dans l’espace. Le rythme, la voix, le son, ont une place majeure dans le travail d’écriture, afin de placer la musicalité au cœur de l’action et de créer un rapport direct et sensitif.
Lors des créations il s’agit de laisser ressurgir les imperfections du corps en action, ses bouillonnements intérieurs, ses fragiles démesures. Il s’agit aussi d’incarner des êtres qui s’improvisent, qui s’adaptent, des êtres instinctivement simples et profondément surprenants, en évoquant des rôles, des états, plus que des personnages.

Baro d’evel aime chercher dans les oppositions, les interstices, les entre deux, les passages, ces endroits de transformation, là où l’on devient autre, là où l’absurde nous soulage du sens. Parce que ce sont ces paradoxes, ces frottements qui mettent en danger, et ouvrent des portes.
Et puis il y a la présence de l’animal, les chevaux font parti de la vie et du travail de la compagnie, cette démarche pousse plus loin les questionnements sur l’animalité, l’identité, le cheval réveille l’instinct, le sens de l’improvisation, il pousse les artistes comme les spectateurs dans un « ici et maintenant ».
La compagnie est « compagnie complice » des Pronomade(s) en Haute-Garonne, Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias sont artistes associés au Mercat de les Flors.
La Compagnie est conventionnée par la DRAC Midi-Pyrénées depuis 2010 et par le Conseil régional Midi-Pyrénées depuis 2008.

Historique

2000 Création de Baro d’evel cirk compagnie (collectif de 6 artistes Julien Cassier, Adria Cordoncillo, Camille Decourtye, Mathieu Levavasseur, Nicolas Lourdelle, Blaï Mateu-Trias)
2000 ¿ Porqué No ?, spectacle fondateur dans la rue.
2003 Bechtout’, spectacle en salle
2005 Petit cirque au marché, projet pour les halles de marché en Midi-Pyrénées
2006, co-direction de la cie : Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias
2006 Ï, solo de clown de Blaï Mateu Trias, spectacle en salle
2009 Le Sort du dedans, spectacle sous chapiteau, cirque itinérant
2012 Mazùt, spectacle en salle
2013 Implantation à la cave coopérative de Lavelanet-de-Comminges
2015 Bestias, spectale sous chapiteau, cirque itinérant

http://www.barodevel.com

MARIKA POLASEK : artiste plasticienne , réalisation d’estampes

m-polasek

retrouvez son parcours sur le site

http://marikafabrice.wixsite.com/marikapolasek

SCULPTURES DE RAPHAEL DE JUST au Domaine des Nozes

de-just

Certains artistes en font des « caisses » avec leurs « sculptures. ».. Raphaël de Just, lui se contente humblement de faire des « sculptures » avec des « caisses ».
Son art est surprenant.

Tout d’abord par le choix de sa matière première:

Des cagettes de récupérations en peuplier qu’il déstructure en fines lanières.

Puis par sa technique, qui consiste à tresser ces lanières de cageots sur un bâti de bois.

Et enfin par la finalité de certaines de ses œuvres, qu’il voue au bûcher.( toutes ne subissent pas l’épreuve du feu, et traversent le temps, venez juger par vous même, certaines sont exposées au domaine des Nozes.)

Le Carnaval 2012 de Toulouse en fut le parfait exemple avec l’embrasement d’un monstre à la gueule gigantesque en lieu et place de Monsieur Carnaval.

FEBUS ET LOLA : JENNY MORERE Créatrice de Bijoux :

Découvrez ses créations sur le site febusetlola.alittlemarket.com

jenny

Bibliothèque-Mediathèque

ana

Gérée par une salariée Ana et par une poignée de bénévoles , la bibliothèque connait depuis sa création en 2004 une fréquentation régulière et assidue que l’espace CD et informatique (2 postes) ont contribué à élargir

Avec plus de 4000 livres ,1000 CD et des magazines jeunesse interactifs les lecteurs et les amateurs de musique de 7 à 77 ans sont surs de trouver leur bonheur.

La salle attenante est occupée par la ludothèque pour le plus grand bonheur des petits. Un coin informatique intégré à la bibliothèque est utilisée par nos jeunes de manière courante pour des recherches avec un coin travail pour les plus studieux et un coin détente pour que la lecture soit toujours un plaisir.

Ana notre bibliothécaire vous accueille donc :
le lundi de 15h à 17h30
le mercredi après midi de 14h à 17h30
les permanences du samedi matin de 10h à 12h sont assurés par les bénévoles de l’association Livrelanet

N’hésitez pas à franchir le seuil de la porte , le meilleur accueil vous sera réservé

La bibliothèque a des relations privilégiés avec notre école communale pour le plus grand bonheur des enfants.

Les écoliers des trois classes viennent régulièrement choisir des livres qu’ils lisent chez eux

La bibliothèque organise différentes activités :
Rencontres avec des écrivains, des conteurs, échanges avec une illustratrice, rencontres avec des animatrices de la médiathèque (lecture d’album d’enfants avec des chants lyriques, initiation à des instruments de musique peu commun ), après midi récréatives ponctuées de pâtisseries autour de confection de guirlandes de Noel, différents ateliers ( chocolat , cuisine asiatique ) , soirée pyjama etc ….

Quelques infos pratiques:

Pour s’inscrire c’est facile : il faut remplir un formulaire d’inscription et s’acquitter d’une cotisation unique par famille de 10€.

Chaque personne inscrite peut emprunter 4 livres et 2 CD et pour une durée de 3 semaines renouvelable

Téléphone de la bibliothèque :09 64 06 54 99

Si vous aimez les livres toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Bonne lecture à tous

Actualités 2016

Vœux 2016

Mairie de Lavelanet de Comminges Vendredi 15 janvier 2016

Nous voici tous réunis au début de cette nouvelle année pour la traditionnelle cérémonie des vœux. Cette cérémonie représente pour moi un moment très fort de l’année municipale. Au-delà de son caractère évidemment convivial, il s’agit de vous rendre publiquement compte de l’action d’une équipe à laquelle vous avez accordé votre confiance. C‘est l’occasion de nous tourner tous ensemble, d’abord vers l’année écoulée, puis vers celle qui commence.
Permettez-moi donc, maintenant, de dresser le bilan de ces douze derniers mois. Une année particulièrement riche en événements : des attentats qui ont commencé et clôturé l’année, nous plongeant dans l’effroi,deux élections, départementales et régionales, et des lois qui nous ont ajoutés pas mal de difficultés. Les communes, collectivités les plus proches des citoyens, vont devoir abandonner progressivement beaucoup de compétence et donc de pouvoir d’agir directement. Ceci est la conséquence de l’adoption de la loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République dite Loi Notre.
Si je ne rejette pas l’idée d’un rapprochement entre nos collectivités pour optimiser l’efficacité du service public et rationaliser la dépense publique, ce que nous faisons notamment pour nombre de compétences (crèche, gestion des déchets ,pool routier avec la Communauté des Communes) pour autant les transferts de certaines compétence des communes vers l’intercommunalité annoncés, entre 2017 et 2020, en ce qui concerne la compétence économie, tourisme, gestion de l’eau et surtout l’aménagement du territoire avec les Plans Locaux Urbanisme intercommunaux, tous ces transferts viennent profondément ébranler le socle de compétence communal et la justification de notre existence même.
De même l’obligation faite par la loi de dissoudre les petits syndicats intercommunaux a conduit fin décembre le Syndicat de l’Eau de Lavelanet de Comminges St Julien sur Garonne a adhérer au SDEA31. Et donc à disparaître. Petit syndicat qui n’avait aucun déficit, qui ne demandait rien à personne, autonome, peu coûteux. Exit le syndicat et notre travail bénévole.
Parallèlement, vous le savez, l’Etat, dont le déficit ne cesse de se creuser, a décidé, de réaliser des économies en baissant les dotations versées annuellement aux collectivités locales. Ce sont pourtant elles qui supportent plus de 70% de l’investissement public, alors qu’elles ne sont responsables que de 9,5% des 2000 milliards de la dette publique. Même si elles sont garantes de la survie de bien des entreprises locales.
Lavelanet n’est, bien sûr, pas épargné. Sachez également que, dans le même temps, l’Etat nous a imposé la mise en place des Temps Péri-scolaires soit une dépense annuelle supplémentaire.Malgré cela, en 2015, nous avons réussi à ne pas augmenter la part communale de vos impôts locaux.
J’ai entendu des esprits chagrins dire « que rien n’allait assez vite dans ce village ». Aller vite, c’est d’abord avoir des moyens humains, par exemple un secrétaire de mairie à plein temps, et des moyens financiers conséquents et ce n’est pas le cas du village de Lavelanet. Alors soit on va vers une augmentation substantielle des impôts et des programmes de réalisations rapides(on fait le lièvre), soit comme la tortue, les réalisations sont plus lentes mais plus réfléchies et elle n ‘impacte pas sur plusieurs générations le budget de la commune.
Toutefois, nous avons réalisés bons nombre d’opérations cette année car si toutes ces difficultés annoncent la fin d’un monde ce n’est pas la fin du monde ! Et nous avons gardé notre enthousiasme et notre force de lutteurs.
Tout d’abord nous avons mis un point final à l’étude sur l’assainissement pluvial, fait des avancées significative sur l’assainissement collectif des eaux usées avec un projet commun Lavelanet-St Julien qui va aboutir dans les quelques jours à venir et le Plan Local d’Urbanisme que nous allons terminer et arrêter dans ce premier trimestre 2016.
Nous avons également réalisé le verger de l’école, monté un préau pour le confort des enfants de la maternelle,refait avec l’association pétanque la place du 19 mars , acheté une nouvelle voiture pour les service techniques et doté la cuisine de la maison des associations d’une hôte et de divers meubles.
Je remercie l’étât et le conseil départemental pour les aides financières qu’ils nous ont apporté sur les projets verger, préau et achat du véhicule.
Nous avons également réalisé l’ensemble des études sur la mise en accessibilité des établissement recevant du public qui détermine le programme d’investissement de la commune pour les 6 ans à venir.
De nombreux travaux ont été réalisé avec la Communauté des Communes sur la voirie : les caniveaux de la rue de la Comtesse, de nombreux fossés (curage et busage) et rue de la Bascule, des Mimosas, des Sources, du Stade, chemin des Mûriers et de Cadeillac, goudronnage.
Je tiens aussi à saluer le travail du CCAS qui une fois tous les deux mois fait se rencontrer les personnes âgées autour d’un thème ou d’un moment de convivialité. Et qui également a mené au mois de juin une campagne de sensibilisation sur le thème « Ma Commune, ma Santé », puisque la commune a négocié une complémentaire santé mutualisée pour les citoyens qui le souhaitent.
Côté festivités, nous avons également eu bon nombre d’événements : Inauguration de la place du 19 mars, Inauguration pour la fête locale du stade Robert Sérignac, Réception des enfants de l’école à la mairie pour leur premier prix national sur la mobilisation contre le harcèlement. Et nous avons accueilli en décembre l’orchestre de chambre de Toulouse pour une soirée musicale très appréciée. Enfin le village a participé au concours des villages fleuris organisé par le conseil départemental et nous avons gagné un prix d’excellence. Des particuliers ont également étaient récompensés : Mr Florent Bernier, Mme Escadeillas Josette et Mme SERIGNAC Joséphine
pour la beauté fleuri de leur travail ; Marie-Françoise récompensera tout à l’heure les personnes que la mairie souhaite récompenser pour ce travail quotidien d’embellissement.
Les associations nous ont également gâtés, côté festivités : fêtes locale, de la musique, halloween, concours de boules, de belote, soirée contes, tournoi de foot repas, et autres. Sans oublier les cours toutes les semaines (gym, karaté, théâtre et autres) Les bénévoles font un travail remarquable d’animation et donnent à ce village ceux qu’ils ont de plus précieux : leur temps. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés et bienvenu à deux nouvelles associations sur Lavelanet : FC Volvestre et le Club de Judo.
Je veux aussi signaler le travail tout à fait remarquable réalisé par l’ensemble de nos salariés : que ce soit sur les espaces publics, sur les bâtiments communaux , à l’école, à la bibliothèque et au secrétariat. Leur engagement, leur dévouement, leur présence, et l’ardeur qu’ils mettent dans la réalisation de leur tâche est un soutien précieux et nous réjoui le cœur.
Les discussions budgétaires des prochaines semaines vous dévoileront complètement le programme d’investissement 2016.
D’ores et déjà, nous pouvons dire que 2016 verra débuter les travaux de mise en accessibilité de la mairie, la réalisation d’appartements au dessus de la maison des Associations, l’embellissement du tour de l’église et des travaux de rénovation de la lumière sur la rue Jules Gleizes ces derniers permettront de réaliser de substantielles économies d’énergie grâce à la généralisation de l’éclairage basse consommation. Nous engagerons aussi des travaux d’urbanisation sur la RD8, la mise en place d’une borne à incendie dans le quartier des Jardiniers, la réalisation de la cabane avec toit photovoltaïque près du stade. Nous continuerons le travail sur le pool routier avec notamment le goudronnage du parking de l’école et la mise en place d’une signalétique dans le village.
Nous concrétiserons le PLU et le plan d’assainissement collectif.
Ainsi, je vous l’assure, en 2016, avec mon équipe, nous continuerons à tout faire pour permettre le bon développement de notre village.
Enfin je dois vous transmettre une information urgente sur la grippe aviaire virus H5N1 (non transmissible à l’homme), un foyer a été détecté à Lafitte Vigordane, nous sommes à moins de 10km du foyer d’infection et nous sommes donc dans une zone de surveillance et tenus de respecter certaines mesures .
Concrètement, tous les habitants qui possèdent des volailles ou oiseaux en cages doivent les déclarer en mairie, les oiseaux doivent être confinés (pas de contact avec des personnes étrangères, pas de contact avec les oiseaux sauvages) et des mesures de biosécurité doivent être prises par les éleveurs. Vous avez une feuille d’information plus précise à votre disposition au comptoir.


LA CHARETTE BLEUE

Après un second prix d’excellence aux concours des villages fleuris de la Haute Garonne nous avons décidé de continuer le fleurissement de notre village en restant sur notre thème de la couleur .Gérard et Christophe ont profité de l’hiver pour rénover une charrette et fabriquer des bacs de fleurs qui sont venus égayer le centre bourg. Les enfants de l’école avec les temps péri scolaire créeront l’événement au Lavoir avec la Grande Lessive en ce début de printemps.
Des occasions de regarder un peu dans le rétroviseur, de se souvenir …. Une Emotion Patrimoniale avec un Zoom sur les anciens moyens de transport agricole :

Autrefois à la ferme, les paysans utilisaient principalement : la charrette (bois, foin, paille, sac de blé, vin, eau-de-vie, fumier etc ), le tombereau basculant (transport bois, betteraves, fumier, cailloux, etc). la cochonnière (goronnière, moutonnière), la tonne à eau et à purin , le pulvérisateur pour droguer la vigne, et le triqueballe pour transporter les billes de bois
Les tombereaux et charrettes étaient peints généralement en « bleu charrette ou charron « . Le terme « charron » réfère à la couleur couramment employée pour peindre les roues des charrettes (les charrons) ;
Celles que l’on rencontre sont, de surcroît, presque toujours bleues. C’est en effet la couleur la plus naturelle pour ces vestiges de bois maintenant inutiles, mais qui étaient jadis construits pour paraître et durer. Même décolorée, une charrette bleue prend une patine qui lui conserve tout son charme, même oubliée au fond d’un pré, ou endormie… Mais l’une des raisons de cette couleur est beaucoup plus prosaïque : c’est que ce bleu chasse les mouches qui, prenant peut-être l’objet bleu pour le ciel, ne viennent pas se poser dessus

La charrette commune à deux roues, composée d’un plancher supporté par deux brancards dans le prolongement desquels est attelé l’un des animaux de trait, est le plus usité des instruments de transport employés par l’agriculture jusqu’au milieu du siècle dernier.
Le temps a passé, elle appartient définitivement à l’ancien monde, détrônée par le tracteur plus efficace à une époque où le travail est devenu si intense.Il en reste quelques unes encore dans un coin de grange ou d’étable .

Notre village de Lavelanet entre ruralité et modernité a retrouvé ses racines en mettant en valeur devant nos ateliers municipaux une charrette restaurée par nos salariés : elle sera fleurie au printemps.

Pour les anciens le souvenir de durs labeurs aux champs et pour les plus jeunes juste se dire que le temps s’est arrêté dans un monde où une information chasse l’autre , ou l’on est dans l impermanence des choses , se dire tout simplement que tout s’est vraiment accéléré …

Cependant des prises de conscience récentes nous montrent qu il est urgent de retrouver le rythme des saisons , des nouveaux comportements face au gaspillage incessant.

LA GRANDE LESSIVE

La Grande Lessive a eu lieu par une belle journée printanière l après midi du jeudi 24 mars pendant les temps peri scolaire :

Il s’agit d’une manifestation culturelle internationale bisannuelle qui adopte la forme d’une installation artistique éphémère en reprenant le principe d’étendage du linge comme modalité d’exposition, La Grande Lessive propose de développer le lien social grâce à la pratique artistique. Sous la forme de plusieurs milliers d’installations simultanées dans le monde entier le temps d’une journée, il s’agit de rassembler les réalisations sous un thème différent chaque manifestation : pour cette édition le thème est : faire bouger les lignes .
Depuis sa création, plusieurs millions de personnes de tous âges et conditions y ont déjà pris part, dans 94 pays, sur les cinq continents. Deux fois par an, des fils à linge sont tendus à l’intérieur ou à l’extérieur de sites choisis par des collectifs locaux : établissements scolaires, écoles d’art, mairies, musées, médiathèques, bibliothèques, services hospitaliers, maisons de retraite, centres aérés, entreprises, locaux associatifs, cités, places publiques rues…
Le jour de La Grande Lessive, les usagers de ces lieux sont invités à accrocher une réalisation (dessin, peinture, collage, photomontage, photographie, poésie visuelle, conception numérique…) à deux dimensions à l’aide de pinces à linge pour une durée limitée à cette journée. Nul besoin d’être artiste. Cette initiative sollicite la créativité et rassemble les générations. C’est le fait d’agir ensemble, en même temps, en divers lieux, avec des objectifs et des dispositifs communs qui compose une œuvre.
L’équipe des temps péri scolaire a décidé de participer à cette manifestation pour que nos enfants découvre en même temps que l’exposition de leurs dessins comment autrefois la vie du village était organisé autour du LAVOIR . Elles ont expliqué aux enfants comment les mamans lavaient leur linge , Ensuite les dessins seront exposés à la bibliothèque.
Les enfants pendant les temps peri scolaires du mois de mars ont réalisé leurs œuvres et c est par cette belle journée printanière qu ‘ils ont eux mêmes étendu leurs dessins autour du lavoir : les élus en charge de l’école ainsi que Mme le Maire ont participé à cette manifestation.

SPECIAL VIE ASSOCIATIVE

COMITE DES FETES

L’assemblée générale du comité des fetes de Lavelanet de Comminges s’est déroulée le 26 février 2016 à la Maison des Associations de la commune. L’occasion de tirer un bilan et de poser les perspectives pour l’année 2016.

Le compte rendu moral et financier a fait état de bilans satisfaisants avec une année 2015 active ( soirée jeunes ,feu de la St Jean, fête Locale de la St Barthélémy, vide grenier, bal musette). Toutes ces animations contribuent à rassembler l’ensemble du village.

Le comité des fêtes de Lavelanet brille par la jeunesse de ses membres et son dynamisme. La volonté d’une trentaine d’adhérents de participer à l’animation du village et cette volonté qu’il faut prendre son destin en main si on veut que les choses bougent. Porter les traditions du monde rural et y inclure cette vision nouvelle nécessaire à un bon équilibre de vie est un objectif qui est dans tous les esprits. Les jeunes lavelanetiens ne veulent pas se lamenter sur leur sort, ils veulent vivre tout simplement.

Notons qu’en 2016, ce n’est pas un mais deux présidents qui assureront la présidence du comité des fêtes. Une co-présidence assurée par Sébastien Marty et Mathieu Vidal, une vice présidence par Gary Grosso,le secrétariat par Julie Custudio et Amélie Bergès,la trésorerie par Nelly Sablé et Laureline Delavergne A quelque chose près le programme de 2016 sera sensiblement identique avec le feu de la St Jean, la fête Locale ,le vide grenier et le bal Musette.
Tous nos vœux de réussite à ce nouveau comité des fêtes .

LAVELANET ASSOCIATIONS :
Le 4 mars l’association s’est réuni pour présenter le calendrier des activités de 2016. Encore des nouveautés ,une soirée KARAOKE le 19 Mars ,un LOTO le 8 octobre, la fête de la Musique en juin , pour la fin de l’année la fête des vendanges, une soirée beaujolais et le réveillon. A noter également que l’association loue pour vos repas à la salle des fêtes, de la vaisselle et une remorque réfrigérée : Contact Christian VIDAL :06.70.70.56.42.

BIBLIOTHEQUE – MEDIATHEQUE MUNICIPALE

Comment accède –t-on à cet univers de la curiosité ? Horaire d’ouverture : Ana vous accueille à la médiathèque municipale le lundi de 15 à 17h30 et le mercredi de 14h à 17h30. . L’association LIVRELANET vous y attend le samedi de 10h à 12h. A noter, les samedis 26 Mars – 23 Avril – 7 Mai, la bibliothèque sera fermée. L’adhésion est illimitée et s’élève à 10€ par famille.
Vous trouverez à la médiathèque *Pour les enfants : albums, romans premières lectures, documents divers, albums audio. *Pour les ados : romans jeunesse, mangas, BD. *Pour les adultes : romans, romans policiers, livres audio, documents divers, BD. *Pour tous : CD, DVD, ordinateurs avec connexion internet à disposition.
L’ensemble de ces documents sont issus de prêts à la médiathèque départementale et d’achats réalisés par la mairie de Lavelanet et l’Association Livrelanet ..La mairie dispose d’un budget annuel pour l’achat de nouvelles acquisitions. N’hésitez pas à nous faire part de vos suggestions avant le 30 avril 2016 afin que nous puissions proposer très prochainement un large choix de nouveautés. Les personnes intéressées pour rejoindre l’équipe de l’association Livrelanet sont les bienvenues. L’association LIVRELANET 09 64 06 54 99

THEATRE
Les membres de la troupe de théâtre des Cour Toujours répètent assidûment tous les lundis pour nous offrir comme d’habitude un spectacle de qualité. Le 9 avril à 20h30 à la Salle des Fêtes ils nous régaleront avec une Comédie en 3 actes de Jean-Pierre ADIER : « Blason à dorer ».Venons les applaudir nombreux. Ils seront présents également à Goutevernisse le 16 avril , à Saint Elix le 21 Mai et le 1 octobre le théâtre du Terrefort viendra se produire à la salle des fêtes de Lavelanet. Jeunes et moins jeunes venez rejoindre la troupe des Cour Toujours : en effet elle souhaite faire deux groupes pour assurer annuellement une représentation Contact : Christian BERDOU 06 14 39 59 04

GYM :
L’activité physique c’est bon pour la santé : Chacun à votre rythme n’hésitez pas à rejoindre les cours de gym collectifs de l’association qui sont dispensés à la salle des fêtes. Julie Bénazet avec une gym douce (STRECH-PILATES) le mardi matin avec 2 cours 9h30 et 10h30, le jeudi matin à 9h30 et Julie Poux le lundi de 18h30 à 19h30 avec la gym tonic.
Contact Julie Benazet 0670027453 ou lecorpsenmvt@yahoo.fr

KARATE :
Nouveau dans notre village depuis septembre 2015, deux professeurs diplômés dispensent des cours de Karaté do Uechi-Ryu le mardi et le jeudi soir de 19h à 20h30 à la Salle des fêtes .Contact : Jean Smith 0660622615 et Thierry Vatelin 0662319512

TENNIS :
Yannick Mello assure désormais la présidence du Club avec Tony Leprêtre secrétaire et Jean Michel Brut trésorier. La pratique du tennis se fait sur le court extérieur. Les modalités d’accès vous seront communiquées dans le prochain bulletin.

APE

Une association active avec l’organisation du Carnaval le samedi 5 mars : les enfants et les parents sont venus nombreux pour défiler dans le village avec leurs déguisements.
Le Carnaval et Halloween organisés chaque année par l’association attirent de plus en plus de monde, nous pouvons y apprécier l’originalité des déguisements pour le plaisir de chacun d’entre nous.
Une nouveauté en 2016 : l’organisation d’un Vide ta Chambre le dimanche 10 avril

LUDOTHÈQUE :
« Jacadijoue » Pour le bonheur des tous petits et des plus grands, vous êtes invités à partager des moments de convivialité autour de jeux et jouets Contact : Stéphanie 06 07 48 83 55 Ingrid 06 78 57 13 67

DES NOUVEAUTES POUR LA RENTREE

FOOTBALL CLUB DU VOLVESTRE

Le Football Club VOLVESTRE est venu en 2015 agrandir le nombre de nos associations.
Le club s’est engagé de relancer la pratique du football dans notre village .L’ambition du club est de conserver ses licenciés actuels et d’en recruter d’autres.Après avoir relancé et stabilisé l’équipe « senior » ainsi que l’équipe « loisir », une équipe de jeune « U7 » a été crée et le FCV compte sur d’autres nouvelles venues afin de continuer d’accroître la palette de l’association sportive. L’objectif du Club est de se structurer tant au niveau joueurs dans les différentes équipes des catégories citées, mais également au niveau de l’encadrement du club, faire perdurer la pratique éducative du sport et du football dans notre village,
Contact :Mme ROSSINI Corinne 06-20-38-27-91 et Mr AUGUY Fabien 06-72-24-64-41.

PETANQUE :
L’agenda de la pétanque pour 2016 est également bien rempli : le 26 mars, le 11 juin, le 24 juin avec des concours officiels et il sera organisé sur juillet et août un samedi par mois avec des dates à définir un concours en 4 parties pour les licenciés et non licenciés.

CHASSE :
L’ACCA de Lavelanet compte une cinquantaine d’adhérents. Son bureau est renouvelable par tiers tous les ans en Assemblée Générale .Début août a lieu la délivrance des cartes. Vous pouvez obtenir des renseignements sur la chasse sur le site www.frc-midipyrenees.fr

LE CLUB DE TENNIS vous informe : Ça va smasher à Lavelanet

Il n’y a plus aucune excuses pour ne pas venir jouer au tennis. En effet le Tennis Club a rénové le terrain de Tennis afin de pouvoir vous défouler dans les meilleures conditions .
Pour ceux qui ont des problèmes de vue, les lignes ont été refaites : pas de triche possible
Pour ceux qui ne connaissent pas les règles, vous jouerez dans le rouge repeint spécialement pour vous Pour les frappeurs fous, le vert est maintenant éclatant donc vous verrez sortir vos balles
Pour les amoureux de la balle jaune, un terrain totalement refait.

Nous vous proposons donc une «licence loisir» c’est-à-dire que vous allez pouvoir jouer quand bon vous chante et ne serez pas tenu de faire de la compétition. Ainsi chacun pourra y aller à son rythme.

Nous vous proposons 3 formules :
1 adulte : 25 € l’année Couple : 40 € l’année Enfant de moins de 12 ans : 0 € l’année accompagné d’un adulte ayant sa licence

Vous aurez ainsi votre propre clef et vous aurez un accès en illimité au court. Nous comptons, bien sûr, sur votre bienséance pour à la fois respecter les lieux et respecter les temps impartis à chacun.
Contacter nous par mail : Jean Michel : gibi68@orange.fr , Yannick (que vous appellerez cher président) : yannick.mello@gmail.com Tony : tony.lepretre@gmail.com

LE FOOTBALL CLUB DU VOLVESTRE :

Le FC. Volvestre repart cette saison dans la continuité de la précédente. Les valeurs humaines et l’ambiance au sein de l’association restent au centre du projet, auxquelles l’objectif sportif vient s’ajouter pour cette saison 2016-2017.
Fort de ses effectifs plus étoffés, le club voit son équipe senior engagée en championnat (2ème division) plus compétitive, avec un premier match de championnat remporté 3 à 0. La spirale positive s’applique également à l’équipe loisir, emmenée par une atmosphère toujours aussi familiale et de nouvelles têtes.
Les entraînements communs aux deux équipes sont maintenus le mercredi à 19h à Lavelanet.
L’école de football continue également sa progression avec une équipe U6 et son effectif de 10 joueurs, ainsi qu’une équipe U9 comportant 12 joueurs. Les entraînements de ces équipes de jeunes sont prévus le mercredi, 14h30 à Lavelanet. Toute personne intéressée par le projet est la bienvenue au club, joueurs, dirigeants, ..
Contacts :
Auguy Fabien (coprésident et entraîneur loisir) : 06.72.24.64.41
Rossini Corinne (coprésidente) : 06.20.38.27.91
?Nodinot Émilien (entraîneur senior) : 06.85.10.41.06?
Supiot Jean-Philippe (entraîneur jeunes) : 06.11.86.20.11

LE CLUB DE GYMNASTIQUE

Un nouveau logo , un site Facebook et une reprise des cours depuis le 14 septembre

C EST LE TEMPS DE NOEL

Décriées pour leurs aspects “surconsommation”, les fêtes de fin d’année sont aussi et avant tout l’occasion de partager des valeurs de générosité et de solidarité. Mais quand et comment agir pour un Noël plus solidaire. Dans notre viilage, nos enfants à l’école apprennent ces valeurs. Pendant les temps péris-scolaires, ils mettent le cœur à l’ouvrage pour préparer les décorations qui vont embellir notre village . Ils préparent également une belle après midi récréative inter-générationnelle avec le CCAS : un temps où les échanges avec les personnes âgées prennent du sens : chants de Noël, remise de cadeaux confectionnés par les petits, goüter de Noêl.
L’occasion ici de remercier l’ensemble des bénévoles de notre village qui à travers un tissu associatif dense permettent de favoriser ces moments là.. Mais cependant un constat. à l’heure des réseaux sociaux qui favorisent souvent l’isolement , le bénévolat évolue. Le bénévole devient un citoyen plus engagé , il veut être utile à la société, défendre une cause. C’est « l’envie d’agir” face au contexte économique, politique, environnemental » qui progresse le plus.
Notre rôle d’élu dans ce contexte est également important et les actions engagées au sein de notre conseil municipal ont pour vocation de préparer l’avenir tant sur le plan environnemental que sur le plan économique.
Constatons cependant que malgré ces périodes troubles, Nöel reste dans l’esprit de nous tous une fête à part : c’est la période des jouets au pied du sapin que le Père Noel le soir du 24 Décembre amène par la cheminée , des repas pris en famille avec des mets traditionnels ( foie gras, huitres , saumon fumé, chapon, bûche) d’une escapade à la neige …
Profitons en pour avoir une pensée pour les personnes seules, isolées et malades.
Nous vous souhaitons à vous tous un Joyeux Noêl et des Bonnes Fêtes de fin d’année.

Urbanisme

TYPE DAUTORISATION avec DELAIS D’INSTRUCTION , PIECES PRINCIPALES à FOURNIR et NB D’EXEMPLAIRES

Certificat d’Urbanisme de simple information 1 mois Formulaire CERFA n°134010*03 3 exemplaires
Plan de situation
Extrait cadastral

Certificat d’Urbanisme Opérationnel 2 mois Formulaire CERFA n°13410*03 5 exemplaires + 1 si ABF
Plan de situation
Extrait Cadastral
Plan de masse si possible

Déclaration préalable de division 1 mois + 1 si ABF Formulaire CERFA n°13702*04 5 exemplaires + 1 si ABF
Plan de situation
Plan de la division projetée avec réseaux et accès
Notice

Déclaration préalable (travaux) 1 mois + 1 si ABF Formulaire CERFA n°13703*05 ou 13404*05 5 exemplaires + 1 si ABF
Formulaire taxe (DENCI)
Attestation RT2012 si assujetti
Plan de masse
Plan en coupe
Notice
Photos
Document graphique d’insertion

Permis de construire maison et/ou annexes 2 mois / 4 mois si ABF Formulaire CERFA n°13406*05 5 exemplaires + 1 si ABF
Formulaire taxe (DENCI)
Attestation RT2012 si assujetti
Plan de masse
Plan en coupe
Notice
Photos environnement proche et lointain
Document graphique d’insertion
Attestation assainissement autonome validé
Plans des façades et toiture

Autres Permis de construire 3 mois /4 mois ABF/5 mois ERP idem PC maison + Formulaire CERFA n°13409*05 5 exemplaires +1 si ABF
Dossier spécifique ERP 5exemplaires+ 2 si ERP
Notice sécurité et notice accessibilité

Transfert de permis de construire 2 mois Formulaire CERFA n°13412*05 4 exemplaires
Formulaire taxe ( DENCI)

Permis de construire modificatif (maison) 2 mois /4 mois si ABF Formulaire CERFA n°13411*05 5 exemplaires + 1 si ABF
Plans avant et après projet de la modification

Permis de construire modificatif (autre) 3 mois / 4 mois si ABF Formulaire CERFA n°13411*05 5 exemplaires + 2 si ERP
Plans avant et après projet de la modification
si ERP : dossier ERP

Permis de démolir 2 mois / 3 mois si ABF Formulaire CERFA n°13405*04 4 exemplaires + 1 si ABF
Plan de situation
Plan de masse
Notice + photos du bâtiment à démolir

Permis d’Aménager 3 mois / 4 mois si ABF Formulaire CERFA n° 13409*05 9 exemplaires + 1 si ABF
Plan de situation
Notice du projet d’aménagement
Plans du projet d’aménagement (un plan de l’état actuel du terrain et un plan faisant apparaître la composition d’ensemble du projet) ;
Projet architectural, paysager et environnemental
Règlement lotissement (option)
Attestation de garantie financière (option)
Engagement du demandeur à constituer une association syndicale des acquéreurs des lots